photo2

 

Cuenta corriente ordinaria, cuenta nómina, cuenta pensión, cuenta autónomo… pour un particulier qui vit ou qui s’installe en Espagne, le choix est large et les produits bancaires proposés ne correspondent pas toujours aux habitudes françaises. Décryptage.

Le choix d’un compte bancaire espagnol dépend bien sûr de l’utilisation que l’on souhaite en faire, mais aussi de la situation du titulaire au moment de son ouverture.

Laissons de côté les « depósitos » (ou dépôts à Terme en Français) et les comptes rémunérés (« cuentas remuneradas », de plus en plus rares et… de moins en moins rémunérés), qui correspondent à des produits bancaires d’épargne.

Pour une utilisation quotidienne, un particulier doit s’orienter vers les « cuentas a la vista », appelés compte à vue ou comptes courants en France.

La première catégorie de « cuentas a la vista » regroupe les comptes sur lesquels le titulaire va percevoir des revenus officiels :

– compte « nómina » s’il s’agit d’un salaire

– compte « pensión » s’il s’agit d’une pension retraite

On parle de revenus officiels car les systèmes informatiques des banques détectent automatiquement si les virements perçus sur les comptes ont été officiellement émis comme des salaires ou des pensions par les employeurs ou organismes de retraite auxquels sont liés les titulaires.

Ainsi, un retraité français vivant en Espagne mais percevant sa retraite sur un compte bancaire français, et qui voudrait en virer la quasi-totalité tous les mois sur un compte espagnol, ne pourra pas facilement ouvrir un compte « pensión », car les revenus arriveront en Espagne sur la forme d’un simple virement de compte à compte, et non sous la forme d’une pension de retraite officielle.

De la même façon, il existe fréquemment un revenu minimum permettant d’ouvrir l’un de ces comptes. C’est classiquement le salaire minimum interprofessionnel espagnol qui sert de référence en la matière. Il est actuellement de 648€ par mois.

Ainsi un étudiant recevant tous les mois 300€ de la part de ses parents, et travaillant à temps partiel les week-ends pour gagner 200€ mensuels supplémentaires, ne pourra pas nécessairement ouvrir un compte « nómina », car ses revenus officiels sont inférieurs au salaire minimum interprofessionnel espagnol.

Il faut garder à l’esprit que cette notion de revenu minimum permettant d’ouvrir ou non certains types de comptes dépend toutefois des pratiques commerciales de chaque entité bancaire.

On trouve aussi dans cette première catégorie les comptes réservés aux particuliers enregistrés comme professionnels indépendants, il s’agit des comptes « autónomo ». Dans ce cas les banques peuvent plus difficilement contrôler les revenus officiels perçus sur le compte car il peut s’agir par exemple de virements de clients particuliers, ou de paiements en espèces en règlement des factures émises. C’est donc le prélèvement automatique mensuel des frais « autónomo » de la sécurité sociale espagnole (généralement entre 250 et 300€ par mois) qui va servir de critère permettant aux systèmes informatiques de détecter que le compte est utilisé à bon escient.

C’est la raison pour laquelle un professionnel enregistré comme auto-entrepreneur en France, mais résidant régulièrement en Espagne et souhaitant disposer d’un compte local, ne pourra pas ouvrir de compte « autónomo ».

Cette première catégorie de comptes (« nómina », « pensión », « autónomo ») est celle qui présente le plus d’avantages pour les entités bancaires… mais aussi en contrepartie pour les clients !

Pour les banques, c’est l’assurance presque totale que des revenus réguliers seront perçus sur ces comptes. Elles concèdent donc fréquemment des conditions plus avantageuses à leurs titulaires : pas de frais de gestion ni de maintenance, pas de frais pour les virements nationaux ou en zone SEPA, cartes bancaires gratuites… Aujourd’hui, si un salarié ou un retraité paie des frais bancaires pour son compte courant en Espagne… c’est qu’il le veut bien ou qu’il est mal renseigné !

Pour la même raison, le titulaire de l’un de ces comptes peut facilement obtenir une carte de crédit, qui sera à débit différé en Espagne (pour plus d’informations sur les différences entre carte de crédit et de débit, vous pouvez lire cet article).

Si vous n’êtes ni salarié, ni retraité, ni professionnel indépendant officiellement établi en Espagne il existe toutefois des opportunités intéressantes au moment d’ouvrir un compte courant. Il faut se renseigner cette fois sur la seconde catégorie de comptes : les comptes classiques et les comptes spécialisés.

Les comptes classiques (ou « cuenta corriente ordinaria ») sont en théorie proposés à tous, ou en tout cas à tout client dont le profil est compatible avec les politiques commerciale et de lutte contre la fraude et le blanchiment d’une banque donnée.

Ces comptes sont généralement accompagnés de frais de maintenance et de gestion (de l’ordre de quelques euros par mois), de frais pour l’émission et l’utilisation d’une carte bancaire, et de frais pour les virements.

Toutefois, il existe fréquemment des campagnes de « captation » au travers desquelles les banques proposent une réduction (voire une exonération) de ces frais pendant une période de temps limitée (de 6 mois à 2 ans), parfois à condition d’effectuer un premier dépôt d’un montant significatif sur le compte.

Il sera en revanche très compliqué d’avoir une carte de crédit en l’absence de revenus officiels versés sur le compte, mais l’obtention d’une carte à débit immédiat posera moins de problèmes.

Ces comptes classiques souscrits dans le cadre d’une campagne promotionnelle d’une banque sont en tout cas une bonne solution pour ceux et celles qui arrivent en Espagne sans emploi, et qui mettent quelques mois à avoir une situation professionnelle stable. Il est toujours possible, dans un second temps, de transformer le compte classique en compte « nómina ».

De nombreuses banques proposent aussi des comptes dits « spécialisés », correspondant à des profils particuliers. C’est le cas notamment des « jeunes » ou des étudiants. Les conditions proposées se rapprochent souvent de celles de comptes « nómina », à l’exception de la possibilité d’obtenir une carte de crédit plutôt qu’une carte de débit.

Le choix d’un compte courant n’est pas complexe, mais il est important. Quelques euros de commission mensuelle d’un côté, une « cuota » annuelle de carte bancaire de l’autre, des frais de virement entre temps… et l’addition est salée au moment de faire le total annuel des frais bancaires !

Il est plus que nécessaire de se renseigner auprès de différentes entités, de demander l’avis de ses proches, de privilégier les banques avec lesquelles la communication est facile et la politique tarifaire claire. Il est désormais aisé à Barcelone d’avoir un interlocuteur francophone.

Une banque est au final un partenaire qui doit rester discret, mais qui doit pouvoir vous accompagner à tous les instants, et son choix ne doit pas être fait à la légère.

N´hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez avoir de plus amples informations.

Partager:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone